Mont Sª Michel : un pèlerinage ‘inversé’

Il y a beaucoup d’endroits en Europe qui sont célèbres pour leurs pèlerinages, par exemple Saint – Jacques de Compostelle en Espagne. J’ai moi-même eu la chance de visiter l’un d’entre eux, le Mont Sª Michel, l’une des merveilles occidentales construites en 709. Un lieu en Normandie où depuis mille ans des gens de tous âges ont parcouru les « chemins du paradis », aspirant à ce que leur éternité soit assurée par l’archange du jugement, Sª Michel.

Un arrière-plan

L’abbaye du nom de l’archange Michel, qui est le chef de la milice céleste, a rapidement vu une communauté de bénédictins s’installer sur le rocher. Comme c’était le deuxième voyage que je faisais depuis mon arrivée à Rennes, je ne pouvais manquer l’occasion de l’explorer.

Nos professeurs ont réuni les 3 groupes de français pour la tournée. Bien que nous ayons pris un bus à cet endroit, nous avons dû nous arrêter 40 minutes avant d’atteindre le Mont Sª Michel car il n’était pas autorisé à s’approcher du Mont. Une fois que nous sommes arrivés à l’office de tourisme, nous avons fait la queue pour prendre une navette locale gratuite. Ayant atteint le mont, sa magie nous a éblouis.

Alors que nous étions encore loin du Mont Sª Michel, le spectacle de la baie avec le Mont permet de comprendre pourquoi tant de gens sont venus de partout. Il est tellement difficile de dire ce qui est le plus beau, l’immensité du paysage de la baie ou le mont lui-même. Peut-être c’est la combinaison des deux qui nous avons coupé le souffle dès le premier regard.

20190913_133510

Montée en haut du Mont

Étonnamment pour nous, le Mont Sª Michel, qui était autrefois une petite abbaye qui habitait une petite communauté de moines est aujourd’hui tout un village. On nous a donné un plan qui contient le nom des rues, la chapelle et le bureau de poste, des hôtels, etc. Bien sûr autrefois dans l’ancien temps, le mont a eu différentes fonctions, il a même été transformé en prison pendant les jours de la Révolution Française !

En tant qu’élèves adultes, nous étions libres de faire le tour avant notre rendez-vous à 13h30. Une fois dans le mont, nous avons eu beaucoup d’escaliers à monter mais plus nous nous élevions haut, plus la vue devenait belle. Nous avons de nouveau fait un pique-nique quand nous avons atteint le sommet et comme nous avions beaucoup de temps, nous sommes allés l’explorer. L’abbaye était faite un lieu pour nous toucher ; nous ‘adultes’ originaires de différentes religions et croyances.

20190913_111748

Le pèlerinage ‘inversé’commence !

Réunis tous ensemble pour ce que j’ai appelé « pèlerinage inversé », la marée étant basse, nous avons traversé «la mer » comme le faisaient auparavant les fidèles. Quand nous sommes entrés dans la boue, nos pieds sont devenus tout noirs. Nous espérions que cette boue pourrait nous faire un nettoyage de la peau. En tout cas, c’était bon ce contact avec la nature. Parfois, on devait traverser la rivière froide qui atteignait nos cuisses facilement.

20190913_140520

Nos guides s’arrêtaient de temps en temps pour raconter des histoires liées au mont, même si cela nous intéressait davantage de prendre le plus de photos possibles. La petite île vers laquelle nous nous dirigeons (nous étions à marcher vers) semblait être très proche de nous, mais après avoir marché pendant plus d’une heure, nous avons réalisé que les « chemins pour le paradis » ne sont jamais si courts. L’idée d’avoir encore le chemin du retour nous épuisait encore plus.

Alors, notre guide nous a présenté les « sables mouvants » et pour ça nous avons utilisé de la musique. Une fois l’IPad branché, nous apprenons que pour ne s’enfoncer pas dans la vase, la meilleure façon était de danser. Ça m’a rappelé la danse pour la pluie que les Indiens ont dans leurs rituels. Lorsque nous avons enfin atteint l’île voisine, il était temps de revenir rapidement car la mer approchait. Aussi excitant car c’est là que nous avons enfin commencé notre pèlerinage vers le mont. J’espère que maintenant vous comprenez pourquoi j’ai appelé cette expérience un « pèlerinage inversé ».

Une expérience d’apprentissage de la vie

Le plus important à propos de ce pèlerinage est que, même si nous n’étions pas à la recherche du salut, nous avons tous eu la chance de mieux nous connaître, car nous n’avons pas collé à une seule personne ou à un groupe du début à la fin. De plus, lorsque nous devions traverser les ruisseaux, nous tenions la main de notre copain pour éviter de tomber dans l’eau. Est-ce qu’un message pour nous étudiants à l’université, c’est peut-être ce que nous devrons faire, au lieu de rivaliser entre nous, nous devrions nous serrer les coudes pour pouvoir tous réussir à la fin.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s